Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 21 fév, 2015 dans Arts visuels | commentaires

« Un ciel étranger » une exposition de Sasha Vreca : quand le sens achoppe…

« Un ciel étranger » une exposition de Sasha Vreca : quand le sens achoppe…

Des senseurs semblent détecter les mouvements et des ampoules disséminées un peu partout, disposées à hauteur variable, s’allument et s’éteignent, diffusant ainsi une lumière puissante mais brève, ou rien du tout. Ces ampoules identiques pendent à travers des nuages de polycoton blanc au-dessus desquels un projecteur repasse en boucle des éclairs et du tonnerre, permettant ainsi à l’ensemble de créer une sorte de ciel actif, un ciel d’orage qui n’a pourtant rien de bien menaçant contrairement à ce que l’on pouvait s’attendre en lisant la description de l’exposition sur le site de la galerie.

Lire plus

Publié par le 18 jan, 2015 dans Arts visuels | commentaires

Maman(s) de Myriam Jacob-Allard : tout l’amour du monde, et un grand chagrin

Maman(s) de Myriam Jacob-Allard : tout l’amour du monde, et un grand chagrin

Plus de cinquante affiches lumineuses de différentes tailles clignotent dans un même espace à un rythme qui leur est propre, en plusieurs couleurs, et annoncent une série de défauts ou de failles dans le caractère de celles qui, dans la chanson country, sont des « Bonnes Mères », des mamans parfaites. Tandis que Jacob-Allard chante Maman ne t’en fais pas, l’œil se perd dans ce strip lumineux qui évoque une sorte de Nashville imaginaire peuplé par des sentiments doux-amers.

Lire plus

Publié par le 8 déc, 2014 dans Littérature | commentaires

Oublier la guerre à la télévision

Oublier la guerre à la télévision

« j’ai depuis longtemps / pris l’habitude de vivre / avec des souvenirs empruntés », écrit Samuel Mercier dans le poème liminaire ouvrant Les années de guerre. Trois vers programmatiques, d’une certaine manière, qui annoncent le projet du livre, construit autour de deux pôles de souvenirs qui semblent radicalement opposés, mais qui se rejoignent tout de même dans le poème : d’une part, la réminiscence d’une adolescence à Rivière-du-Loup et, d’autre part, celle des images de la guerre projetées à la télévision après les attentats du 11 septembre 2001.

Lire plus

Publié par le 7 nov, 2014 dans Arts visuels | commentaires

Multi-Tools de Mat Dubé : la détresse silencieuse des créatures muettes

Multi-Tools de Mat Dubé : la détresse silencieuse des créatures muettes

L’Unheimlich résulte aussi de la composition des œuvres, du regard des personnages représentés, du calme dans lequel ils sont figés malgré la violence qui semble leur être imposée par ce qui demeure en dehors du cadre. Les pieuvres, les lapins, les singes et les hommes existent dans le même univers épuré et incomplet que Dubé donne à voir, mais rien n’est expliqué même si les titres des œuvres servent de métaphores-tremplins à leur interprétation.

Lire plus

Publié par le 18 sept, 2014 dans Entrevues, Littérature | commentaires

« Il y a dans la mort quelque chose d’apaisant » : une conversation avec Catherine Mavrikakis

« Il y a dans la mort quelque chose d’apaisant » : une conversation avec Catherine Mavrikakis

Catherine Mavrikakis poursuit depuis 1996 une œuvre singulière, puissante et très cohérente malgré le chaos (de surface) dans lequel paraissent ses romans, essais, récits, articles universitaires et inclassables. Il a semblé pertinent, au lendemain de la parution de La ballade d’Ali Baba, son plus récent texte, de prendre le temps de discuter avec elle du roman, de l’impossibilité du réalisme et des différences entre la paix et la résignation.

Lire plus