Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 31 oct, 2014 dans Musique | commentaires

LE 3 FAIT LE MOIS – OCTOBRE 2014

Il est 18h et déjà le soleil a levé les pattes vers un monde meilleur. Il pleut, le temps est gris, notre moral aussi. En poussant la porte qui donne sur l’extérieur, un petit frisson nous traverse la colonne vertébrale. On ne peut s’empêcher de penser qu’à partir de maintenant, on aura froid. Pour les six prochains mois. Une raison suffisante pour se gâter, acheter le nouveau Taylor Swift en secret et retrouver l’envie de danser. Que serait les plaisirs s’ils n’étaient pas coupables ? Voici mes trois coups de coeur du mois. Et vous pouvez respirer, Taylor n’est pas là. Même si j’y ai pensé.

1. CHOCOLAT – TSS TSS

a2542568742_10

Enfin du Chocolat qui ne fait pas engraisser. L’ancien groupe de Jimmy Hunt est de retour sur les tablettes avec un nouvel album de huit pièces qui mérite notre attention.

Nommés à l’Adisq en 2008 pour l’excellent Piano Élégant, les petits monstres du rock ’n’ roll, réputés pour leurs frasques en tournée, semblent s’être (pas vraiment) assagis. Ysaël Pépin, Brian Hildebrand et Martin Chouinard sont encore aux côtés de Hunt pour la suite de cette aventure gourmande et sucrée. Il n’y a que Dale MacDonald qui a osé s’absenter, mais on ne goûte pas trop son silence puisqu’il est remplacé au pied levé par Emmanuel Ethier. Celui-là même qui a réalisé Maladie d’amour, l’excellent deuxième effort solo du charismatique chanteur chocolaté.

Avis aux fans, Tss Tss n’est pas la suite de Piano Élégant. Huit morceaux plus longs que la moyenne, avec pas beaucoup de paroles. Mais parfois les mots sont inutiles. Surtout si on sait se laisser planer. Out les structures conventionnelles sur ce beau trip un brin progressif de 30 minutes qu’on termine avec l’impression que ce n’est pas assez.

Tss Tss ce sont des chansons que Hunt gossait tranquillement de son côté en se doutant que ce n’est pas sur un de ses albums solos qu’elles seraient un jour publiées. Ça sentait le Chocolat. Noir ou au lait? Ça dépend du mood dans lequel on s’installe pour l’écouter.

Plusieurs dates de spectacle sont prévues à l’agenda de la formation. Retour à long terme? Difficile à dire. Ça va dépendre de la vie, de la scène, d’eux et de vous. Autant ils étaient incapables d’affirmer que c’était terminé après le premier album, autant ils ne savent pas s’ils sont faits pour durer. La voix chaude de Hunt fera-t-elle fondre le chocolat? L’occasion idéale pour apprendre à vivre le moment présent. Sans vous priver de réécouter le passé.

 

2. CARIBOU – OUR LOVE

caribou-our-love

Après nous avoir donné deux albums sous le nom de Manitoba et deux autres dans la peau de Caribou, on avait peur qu’il soit disparu, mais non. Depuis 2001, le succès plane doucement sur la carrière de Dan Snaith et, plutôt que de courir après la gloire, le canadien a choisi de laisser celle-ci l’apprivoiser.

Et ça fonctionne. En plus de se retrouver sur la scène en première partie de Radiohead, ce docteur en mathématiques est maintenant une star de la scène électro, remplit des salles de plus en plus grandes, se produit dans des festivals de plus en plus gros et est devenu un dj de plus en plus recherché qui, sous le pseudonyme de Daphni, fait danser les foules soirée après soirée.

C’est avec Swim, paru en 2010, qu’il nous a confirmé qu’il était là pour rester. Devenu papa d’une petite fille, il a conçu son autre bébé, Our Love, dans un studio au sous-sol de sa maison. Une manière de travailler complètement différente de celle dont il est habitué. Et ça s’entend sur ce quatrième album romantico-électro, où la simplicité et les phrases répétées en boucles nous donne envie de se remuer le fessier. Audacieux, différents, troublant? Peut-être pas. Mais sincère. Et touchant.

L’ontarien, qui habite maintenant Londres (on lui pardonnera), s’est encore une fois retroussé les synthétiseurs afin de nous concocter du matériel qui donne envie d’emménager dans une bulle de savon fluorescente qui flotte au gré des chansons. Can’t Do Without You, Our Love ou Second Chance, avec la voix de la trop peu connue Jessy Lanza, sont toutes, à leur manière, des déclarations d’amour de la part de celui qui, en période de création, a redécouvert Stevie Wonder et s’en est inspiré les yeux fermés, laissant la chaleur de ce monument l’habiter. Sans doute l’un des grands disques de l’année.

3. YOU + ME – ROSE AVE.

You-Me-Rose-Ave-

Rose ave. est paru le 9 septembre. Septembre ce n’est pas octobre. Je sais. Je m’excuse. J’avais quand même envie de vous en parler. La raison première est un peu simple, ou même simpliste : j’aime P!nk. De tout mon coeur. Je la trouve belle, bonne, fine, inspirante pis toute. Je sais, l’amour ce n’est pas toujours assez. Mais c’est quand même un bon début, non?

You + Me, ce n’est pas, même si le nom le dit, vous + moi, mais c’est Alecia Moore (P!nk), qui s’est additionnée au musicien folk ontarien Dallas Green (ex-Alexisonfire, City And Color), afin de nous aider à passer à travers l’automne.

J’ai d’abord été tenté de trouver ça fade. Vous le serez sûrement aussi. C’est vrai que ça ne lève pas si haut; une montgolfière dans un ciel d’été. Mais c’est beau une montgolfière, je trouve. C’est lourd, c’est gros, c’est lent et, si tu regardes comme il faut, tu peux voir le feu qui brûle en-dedans. You + Me, c’est un peu ça. Une grosse montgolfière mélancolico-country-folk-blues-rock qui te donne envie de regarder en bas en espérant ne pas te brûler.

Un disque enregistré en huit jours et composé en presque aussi peu de temps. Des chansons dépouillées d’artifices, deux voix, peu d’instruments. Une complicité impossible à ignorer sur certaines pièces, comme Love Gone Wrong. Des paroles simples mais puissantes parce que parfois, on le sait, ça ne sert à rien d’être trop compliqué. Et une reprise de No Ordinary Love qui, sans être aussi forte que l’originale de Sade, gagne à être écoutée. Est-ce que le plan de tables de cette nouvelle alliance musicale aurait dû être plus travaillé? Peut-être. Mais j’ai quand même envie de lancer des confettis et de crier : Vive les nouveaux mariés!

Je soupçonne les artistes de l’avoir enregistré plus pour eux que pour nous, mais ils ont quand même daigné nous le partager et on va le prendre. Parce que c’est plein de bons moments, parce qu’on aimera si on est déprimé (et qu’on a envie de le rester) et parce qu’à ce temps-ci de l’année, on n’a jamais trop de musique à écouter. Ça ne parait pas vite comme ça, mais c’est un compliment.

À propos de Marie-Eve Brassard


Diplôme en télévision et amour de la musique en poche, c'est à l'âge de 19 ans que Marie-Eve Brassard débarque à MusiquePlus. Elle y passera plusieurs années jusqu'à ce qu'une crise de la trentaine l'oblige à accorder de l'importance à sa passion secrète: les mots. Grâce à MMEH, elle peut enfin corriger sa manie d'écouter en boucle toujours les mêmes chansons et utiliser ce temps précieux pour découvrir du nouveau matériel.



%d blogueurs aiment cette page :