Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 11 sept, 2014 dans Varia | commentaires

ÉDITO: Pour des spectacles qui commencent à l’heure (parce qu’un moment donné, ça va faire)

La solitude du spectateur qui est arrivé à l'heure, c'est-à-dire bien trop en avance.

La solitude du spectateur qui est arrivé à l’heure, c’est-à-dire bien trop en avance.

Les éditos de MMEH se sont jusqu’à maintenant penchés sur des sujets assez lourds. Pour changer, abordons aujourd’hui un sujet lourdissime : ces spectacles qui ne débutent pas à l’heure.

On s’entend : je parle ici de spectacles de musique. Parce qu’en danse, en théâtre, en mime et même en art équestre, quand c’est écrit «Portes : 20h / Spectacle: 21h» sur le billet, les portes ouvrent à 20h et à 21h, le premier danseur-mime-cavalier entre en scène et entame le premier acte de la pièce.

À l’inverse, si je veux savoir à quelle heure débute le spectacle que je vais voir à la Casa Del Popolo, j’aurai plus de succès à tenter de le lire dans les entrailles d’un poulet qu’en regardant sur mon billet. Ou sur le site web. Ou sur la page de l’événement Facebook. D’autant plus qu’il arrive que les trois sources indiquent des heures différentes.

Peu importe, de toute façon : si on arrive pile à l’heure supposée du début du spectacle, on risque de se heurter à des portes fermées devant lesquelles attendent quatre ou cinq perdus qui, comme nous, ignoraient que la salle est située dans un autre fuseau horaire que le nôtre.

Il existe deux grandes fictions dans le monde de la musique. La première, c’est de croire qu’on va entendre le gars qui, en spectacle, joue de la clarinette derrière les guitares et la batterie d’Arcade Fire. La deuxième, c’est de croire l’heure écrite sur un billet.

C’est tellement une fiction, d’ailleurs, que plus personne n’y croit.

Les spectateurs se présentent à la salle une heure après l’heure officielle, bien certains de ne rien manquer et de quand même pouvoir être placés en avant. Tous les spectateurs… sauf moi et quelques ploucs qui croient encore qu’une entente (j’achète un billet selon ces paramètres de prix, de date et d’heure, tu m’offres un spectacle à la date et l’heure entendues), ça vaut encore quelque chose.

Certains cas sont particulièrement extrêmes. Citons une critique de Nadine Mathurin, pour le site Rreverb, critique qui est devenue une non-critique pour des questions d’horaire :

Et pis non. BAM! The Notwist allait se produire à 23h30. De 23h30 à 1h30. Un mercredi. Soyons raisonnables. Juste un peu, légèrement raisonnables, un mercredi. À en voir certains commentaires sur la page Facebook de l’événement, je n’aurai pas été seule à ne pas honorer mon billet à 25$.

Nulle part ailleurs n’accepte-t-on ce genre de situation. Si je réserve une table de restaurant pour 18h30, il n’y a pas une entente non-dite, un genre de code secret selon lequel je devrais comprendre que c’est en fait à 19h13 que je devrais arriver au restaurant. La bibliothèque ne fait pas semblant d’ouvrir à 10h : elle ouvre à 10h.

C’est assez ! J’en appelle à une véritable révolution chez les organisateurs de spectacles.

Donnez-nous l’heure exacte et respectez-la autant que vous le pouvez. L’OSM y arrive, et ils sont 50 musiciens sur scène. Je suis sûr que le guitariste, le batteur et le bassiste du groupe que tu présentes sont capables aussi.

Indiquez clairement dans vos communications que vous comptez respecter l’heure indiquée, pour être certain que des spectateurs trop habitués aux chrono-menteurs ne se pointent à l’heure où l’entracte commence.

C’est simple, c’est une question de respect et ça m’éviterait de poireauter 45 minutes devant une salle vide parce que, moi, je suis fiable.

À l’avance, merci.

À propos de Mathieu Charlebois


Vous pouvez lire Mathieu dans les pages du magazine L'actualité, où il tient une chronique musique. Il fait également des critiques dans le Voir, quand celui-ci lui demande poliment. À la radio, il était le co-réalisateur de Dans le champ lexical, et vous pouviez parfois l'entendre parler trop vite à Bande à Part.



%d blogueurs aiment cette page :