Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 8 sept, 2014 dans Arts visuels, Design | commentaires

After Dark: Visite nocturne au musée

Les designers de la boîte londonienne The Workers, Tommaso Lanza, Ross Cairns et David Di Duca, ont remportés les honneurs pour leur projet After dark, qui a eu lieu à la mi-août, au Musée Tate Britain. Ainsi, dans le cadre des prix IK, remis annuellement par le musée anglais, leur créativité et leur vision leur a permis de concrétiser cette expérience interactive tout à fait inédite!

Capture d’écran 2014-09-01 à 16.47.05

En détails, After dark consiste en une visite nocturne du musée. Celle-ci peut être expérimentée à travers le monde, puisqu’elle s’effectue via des robots télécommandés desquels il est possible de prendre le contrôle, par l’entremise de son ordinateur personnel. Les fameux robots, armés de lumières puissantes, voyagent à travers le musée selon les directives des (chanceux et rarissimes) spectateurs sélectionnés. L’ambiance sombre et mystérieuse occasionnée par la visite dans le noir et les oeuvres dans la pénombre, permet de redécouvrir l’art, de déambuler dans un musée et de vivre autrement l’expérience contemplative devant une oeuvre. Par-dessus tout, AD répond au fantasme interdit de se promener dans un musée… la nuit!

robot

Plus encore, il me semble pertinent de se demander pourquoi ce projet a obtenu autant de succès. Du point de vue technologique, l’idée de pouvoir prendre le contrôle d’un robot qui visite le Musée Tate la nuit, peu importe où l’on se trouve sur la planète et notre fuseau horaire, est indéniablement un concept intéressant. Ainsi, grâce à la technologie, on élargit l’accès à la culture, et on la démocratise.

Mais par-dessus tout, cela permet de questionner le musée comme espace d’exposition. Inévitablement, le web occupe un espace considérable et est maintenant omniprésent. Par exemple, par rapport à ce projet, il est un espace de diffusion en soi, ce qui veut donc dire que ce rôle n’est plus le propre du musée. On pense évidemment à un projet comme le Google Art Project aussi.

«If you can’t beat them, join them» dit-on? Cela résume bien ma pensée quant à l’importance de rendre le web un allié plutôt qu’un ennemi. After dark est un concept fascinant, car ce projet, sous ses airs ludiques, témoigne avant tout d’une forme de transition qui ébranle la conception du musée tel qu’on l’a toujours connue.

Sources: http://afterdark.tate.org.uk



%d blogueurs aiment cette page :