Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 26 juin, 2014 dans Musique | commentaires

Vieilles affaires vintage #2: le Jimi Hendrix turc: Elektronik Türküler, Erkin Koray (1974)

koray

Si on est de la même famille vous et moi, vous avez tous très, très peur de tout album affublé de l’étiquette « East meets West », et vous êtes sérieusement écoeurés de trier l’easy listening pseudo exotique des trop rares perles moyen-orientales qui peuvent atterrir dans les bacs de tout disquaire nord-américain qui se respecte. Bonne nouvelle: il y a de l’espoir, et cet espoir a pour nom Erkin Koray, que certains se plaisent à qualifier de Jimi Hendrix turc.

Bon, ce point pourrait être longtemps débattu, mais sans tomber dans des discussions trop pointues, on peut s’estimer en droit de dire que cette idée a du sens, car non seulement Koray est un maître de la guitare et du baglama (un instrument de la grande famille des saz) fuzzés, mais il a en plus le mérite d’avoir joué le premier concert de rock and roll dans toute l’histoire de la Turquie en 1957. Sur Elektronik Türküler, paru en 1974, Baba Erkin (ainsi qu’on le surnomme dans son pays, « baba » signifiant « papa »), après une dizaine d’années à enchaîner des 45 tours d’une rare qualité, prouve que la fusion Orient/Occident est non seulement possible, mais qu’elle peut être faite avec goût et finesse.

Voici donc l’apex de sa carrière, donc le titre se traduit par « ballade électronique », et pour cause: plutôt que de poursuivre dans la veine garage et psychédélique qui l’a mené à cet album, Koray se rapproche davantage des musiques populaires de la Turquie de l’époque et insuffle, au passage, sensualité et raffinement à son rock. Ajoutez à cela une solide sélection de chansons traditionnelles turques de diverses époques (la ballade  »Hele Yar » date d’aussi loin que le XVIIe siècle), quelques interludes ou courtes pièces pour entretenir l’atmosphère, et vous vous apercevrez bien vite que Baba Erkin touche carrément au sublime en signant ce confortable chef-d’oeuvre qui demeure un des exemples majeurs du rock anatolien, variante turque de la musique rock.

Du riff islamisant d’ouverture de Karli Daglar à la transe hypnotique de Türkü, Koray déjoue tous les clichés et dépasse même toutes les attentes avec l’excellente Cemalim, dont le langoureux feedback de guitare et la voix douce de Baba Erkin achèveront de vous charmer, comme s’il n’y avait pas de lendemain. Un bijou à se procurer à tout prix et un classique de la musique psychédélique de calibre international que Pharaway Sounds, label de Light In The Attic Records, a réédité pour le plus grand plaisir de vos oreilles.

Erkin Koray, Elektronik Türküler (1974)

Pour acheter le CD, rendez-vous sur Light In The Attic

À propos de Guillaume Cloutier


Guillaume Cloutier a étudié la littérature, est devenu libraire et éditeur, mais il s'est un jour retourné, a vu des piles et des piles de disques qui le suivaient partout, et a décidé de consacrer sa vie à la musique. Redevenu étudiant au lumineux cégep de Saint-Laurent, on peut maintenant l'entendre avec la formation montréalaise de rock psychédélique Electric Junk, en plus de lire ses conseils ici même



%d blogueurs aiment cette page :