Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 5 déc, 2013 dans Bande dessinée, Littérature | commentaires

Mélasse – Guillaume Pelletier / L’Oie de Cravan

Mettons de côté le sac-poubelle et plongeons-nous dans la Mélasse de Guillaume Pelletier. Cette mélasse possède sans doute des pouvoirs hallucinogènes, car elle génère des personnages tous plus terrifiants les uns que les autres.
MÉLASSE1_Couverture

 

Ne vous méprenez pas : Mélasse n’est pas un livre à laisser entre les mains d’un enfant… sauf si vous souhaitez que ce dernier fasse des cauchemars. Je suis une adulte (du moins en apparence), et j’ai trouvé le livre terriblement angoissant.

D’une vignette à l’autre, le lecteur est malmené et bousculé. On le catapulte dans des univers glauques et surréalistes. Un petit enfant joue à la cachette avec un ourson éventré. Un être à quatre yeux est abandonné sur une banquise. Deux monstres, Spleen et Cthulhu (clin d’œil à l’œuvre de Lovecraft?) discutent de l’Univers. Un petit garçon bouffe le cœur de Frédéric Chopin…

MÉLASSE2

Guillaume Pelletier sait comment raconter une bonne histoire en quelques cases. Il brasse des émotions… mais au fait, quelles émotions? La peur? La solitude? Le désir d’être aimé? Tout ça en même temps? À moins que ce ne soient que de simples vignettes… Mamaaaan?

MÉLASSE 3

Au final, Mélasse laisse un sentiment de work-in-progress, d’œuvre inachevée ou du moins, d’œuvre en développement. Il s’agit du tout premier livre de Guillaume Pelletier. Gageons que nous retrouverons les personnages de Mélasse dans ses futurs ouvrages.

À propos de Katerine Verebely


Curieuse culturelle à temps plein.



%d blogueurs aiment cette page :