Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 23 sept, 2013 dans Dossier critique | commentaires

Dossier critique – Rapport aux blogues : entre dialogue et découverte

 
Mes blogues de prédilection tournent souvent autour d’un seul domaine culturel, mais parfois aussi qui couvrent la culture en général (par exemple, celui sur lequel vous êtes en ce moment). La raison pour laquelle je consulte le plus souvent des blogues avec un seul sujet est plutôt simple : étant donné mon manque de temps, si je veux une information sur un artiste ou un genre précis, je sais exactement où me tourner.

Je consulte les blogues pour trois raisons principales : connaître une opinion sur un disque récent ou un spectacle que j’ai déjà vu, découvrir des nouveaux courants artistiques et m’informer sur un milieu artistique donné.

Dans ce texte, je vais me concentrer principalement sur les blogues et les critiques musicaux, même si je consulte aussi d’autres blogues artistiques.

Quand le blogue dialogue avec son lecteur

Je vais faire une recherche sur un disque qui m’intéresse en allant souvent sur le blogue d’Alain Brunet, en particulier pour des artistes internationaux très connus ou des artistes québécois plus populaires, par exemple Louis-Jean Cormier. Il a l’habitude de détailler ses impressions sur chaque pièce d’album, et je trouve ses remarques pertinentes. La particularité du blogue d’Alain Brunet est la qualité des interventions de ses lecteurs, souvent réguliers. Ils sont généreux dans leurs commentaires et on sent que ce sont des mélomanes. Il s’installe un réel dialogue entre les lecteurs et Alain Brunet, ce qui rend l’expérience plus riche, et qui différencie le parcours d’un de ses articles de blogue par rapport à un article qu’il écrira dans la Presse.

Si je veux une courte critique de disque ou de spectacle, je me tourne vers Sors-tu.ca, qui est un webzine principalement de nouvelles musicales, mais aussi de critiques de spectacle. Ainsi, j’aime bien me confronter avec l’opinion de ces journalistes-là sur un spectacle vu la veille, par exemple.

Dans ces cas-ci donc, la lecture de ces deux blogues est plus un complément d’information sur des artistes déjà connus du grand public, et dont les médias traditionnels parlent déjà. L’intérêt est donc axé sur le dialogue des lecteurs avec le journaliste, ou celui entre l’opinion dudit journaliste et moi sur sa critique.


Rachel

Rachel Saintus-Hyppolite

Rachel est enseignante au primaire à  Montréal. Comme occupation partielle, elle poursuit des études en littérature à l’UQAM. Comme occupation encore plus partielle, elle court les spectacles de musique, de l’opéra au petit groupe indie, en passant par la musique contemporaine de concert. On peut lire ses commentaires au sujet de l’éducation, du féminisme et de la musique – bien évidemment – sur son compte Twitter.


Quand le blogue fait découvrir

Durant un certain temps, pour la découverte de nouveaux artistes francophones, Bande à part et FrancoPhil ont été des médias que je privilégiais. Les deux prenaient leurs racines dans des terres plus traditionnelles : Bande à part était tenu par Radio-Canada et Philippe Papineau (alias Francophil) anime une émission du même nom à CIBL, en plus d’écrire au Devoir. Leurs sites respectifs allaient plus loin et offraient des critiques détaillées, des baladodiffusions et des mixtapes, mais Philippe Papineau ne met pas souvent son blogue à jour, et Bande à part est tombé sous le couperet de la société d’État. Ma consultation régulière s’est donc tournée vers le site de BRBR. Issu d’un média traditionnel – une émission de télé à TFO —, il héberge également un blogue, en plus de fournir des informations et des critiques sur la musique indépendante canadienne, pas si couverte par nos médias québécois.

Quand le blogue devient la source d’information

D’autres domaines qui ne sont pas traités dans les médias traditionnels trouvent leur voix sur les blogues, qui en deviennent la principale source d’information. Un de ceux-ci est la musique contemporaine de concert. Étant donné mes amitiés avec des gens du Conservatoire, en particulier en composition, j’ai développé un certain goût pour cette musique dérangeante parfois, mais toujours intéressante et bien plus accessible qu’on ne le croit souvent. Or, on en parle très peu dans les journaux. À la télévision ou à la radio, elle a une place inexistante. Le blogue devient alors le moyen de se tenir au courant des spectacles à venir ou des nouveaux compositeurs. Montréalistement fait une belle place à ce monde, en plus de discuter d’arts visuels (autre rayon négligé) tout comme Clavier bien tempéré, tenu par une amatrice du genre. Même si elle n’est pas professionnelle, ses critiques sont bien rédigées, appuyées par des comparaisons artistiques inspirées. En rédigeant cet article, j’ai aussi découvert Cette ville étrange, un blogue tenu par des compositeurs et des interprètes gravitant autour de ce milieu. Les critiques y sont plus pointues, comme on peut s’y attendre, mais restent dans un langage clair même pour les non-initiés.

La pertinence des blogues reste variable, selon le domaine artistique. On pourrait penser que la musique a une belle part dans les médias traditionnels et que, donc, le blogue pourrait sembler superflu. Par contre, même sous ce grand parapluie qu’est la musique, certains styles sont peu couverts, et le blogue devient un élément essentiel d’information. Il garde encore sa place dans ce contexte.

dossier-une



%d blogueurs aiment cette page :