Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 23 sept, 2013 dans Dossier critique | commentaires

DOSSIER – «Tout le monde est critique» : regards sur le critique culturel… et son blogue

 

dossier-une

moé_thumbAvant que la plogue de la défunte émission Bande à part ne soit tirée, j’ai été invitée à l’émission pour participer à un débat sur la question suivante: les blogues musicaux sont-ils morts? En sortant du studio, j’ai eu l’impression d’avoir seulement effleuré le sujet (sujet d’ailleurs qui ne touchait qu’une partie de ce qu’est MMEH), les contraintes de la radio obligent.

Pourtant, depuis un moment déjà, je me questionne beaucoup sur le rôle des blogues/magazines web et sur celui de la critique en ligne. En fait, c’est quotidiennement que je remets en question son pourquoi et son comment. D’abord, les enjeux sont différents de ceux de la critique papier. Et c’est encore plus vrai pour la critique indépendante. Ce que j’entends par indépendante, ce sont les gens qui, comme moi, ont décidé un matin de se partir, qui un blogue, qui un magazine web, qui un site pour partager ce qui les inspire et les passionne. J’ai d’ailleurs déjà expliqué mes questionnements dans une longue réponse au texte L’Overground en berne sur la défunte Swompe.

Nous avons donc convié différents intervenants (du milieu ou un peu en retrait) à nous faire part de leur réflexion. Il faut le dire, la réponse de leur part fut très généreuse et enthousiaste. À chacun, nous avons confié un aspect plus précis: la place des blogues dans l’écosystème de la critique au Québec, la distinction entre blogueur et journaliste, la construction de la crédibilité, ce qu’est le quotidien de blogueur, le rôle du critique, etc. Qu’ils soient journalistes, animateurs, blogueurs, chroniqueurs ou encore lecteurs de blogues et magazines culturels. Nous sommes donc partis avec un sac bien plein de questions et nous avons cherché des réponses auprès de ces gens.

Voici ce que nous avons récolté.

Bonne lecture!

Myriam Daguzan Bernier

Photo du chat : Max the Brown Tabby Cat with Books – CC3.0


charles_thumb

François Samson-Dunlop et Alexandre Fontaine Rousseau

De l’importance d’être compétitif dans un contexte de perfor- mance culturelle accrue

François et Alexandre ont un problème grave pour le milieu culturel d’aujourd’hui : leurs noms.


claude_thumb

Claude Deschênes, chroniqueur culturel à la SRC pendant 25 ans

To blog or not to blog ?

Pour tout dire, je n’ai jamais ressenti l’appel du blogue. Je n’avais pas plus d’attirance pour ceux des autres. Mais… il n’y a que les fous qui ne changent pas d’idée!


cvl_thumb

Catherine Voyer-Léger, Directrice générale du Regroupement des éditeurs canadiens-français

Concurrence chez les scribes culturels

Imagine-t-on quelqu’un proférer des propos sur les revues comme si toutes les revues étaient les mêmes? On le fait pourtant bien trop souvent avec les blogues.

Daniel Racine_thumb

Daniel Racine, Animateur et coordonnateur au Conseil des arts de Mtl, blogueur à TFO, et animateur de Cinéfix

Réflexions sur la critique cinémato- graphique en ligne

Si la place du critique ne se trouve plus dans les médias traditionnels, l’est-elle davantage dans les magazines spécialisés souvent confidentiels?

pélo_thumb

André Péloquin, chef de section Musique au Voir et chroniqueur, notamment pour Urbania.

De critiques et d’espoir

De Lester Bangs à Pitchfork, la place et le rôle du critique a beaucoup changé. Plus que jamais, merci au web, tout le monde est un critique, au risque que les grands médias et les blogueurs se pilent un peu sur les pieds.

francois_thumb

François Lemay, animateur et chroniqueur à Radio-Canada

De la critique, des blogues, et de la prescription

(Ou comment j’ai arrêté de m’inquiéter et appris à aimer les bombes)

Même lorsqu’il est bénévole, le critique est au souvent partie d’un système économique. Comment gérer les jeux d’argent et d’influence?

 

hugo_thumb

Hugo Prévost, rédacteur en chef à Pieuvre.ca et journaliste à La Presse Canadienne

Le blogueur n’est-il qu’un journaliste qui s’ignore?

Dépassé, le journalisme s’en prend à une victime toute désignée: les blogueurs. Ces versions médiatiques des immigrants illégaux venus « voler nos jobs », et qui sont, soudainement, mis sur un pied d’égalité avec la classe journalistique au grand complet.

melissa_thumb

Mélissa Pelletier, rédactrice en chef à Les Méconnus

Critique culturelle en ligne: le point de vue des Méconnus

Depuis ma décision prise de devenir journaliste culturelle (et d’en vivre, ouf!), j’avais remarqué une drôle de réalité dans le monde journalistique. Énormément d’artistes talentueux, peu de couvertures (et beaucoup trop souvent peu pertinentes) et ce, sans parler de la convergence.

Marc-Andre-Mongrain-thumb

Marc-André Mongrain, Fondateur et rédacteur en chef à Sors-tu.ca

Plus qu’un simple avis

Internet a ouvert toute grande la porte à la diversification des points de vue et des plateformes de diffusion, favorisant du coup la prolifération de blogues de qualité et de pertinence diverses.  Le concept même « d’expertise culturelle » en a pris pour son rhume, brouillant davantage la mince ligne entre l’analyse et le « moé-je-pense-que ».

nayla_thumb

Nayla Naoufal, critique de danse sur MMEH et Dance from the mat

Écrire sur la danse : Clio et Terpsichore à la rescousse!

Ce qui est génial avec les blogues, c’est qu’ils fournissent des possibilités infinies pour renouveler la critique, grâce à la liberté de format, de style et de propos.

rachel_thumb

Rachel Saintus-Hyppolite, enseignante au primaire à la Commission scolaire de Montréal et lectrice de MMEH

Entre dialogue et découverte

Pourquoi se tourner vers les blogues, quand on mange de la culture? Parce que l’interaction entre le blogueur et son public, de même que le plaisir de la découverte, font toute la différence.

charles_thumb

Charles Dionne, cofondateur de Poème sale

L’expérience de la critique

Il y a beaucoup de livres. Beaucoup trop pour qu’on puisse physiquement les lire et en faire la critique. Alors, on critique quoi?


charron-thumbCe dossier n’aurait pas pu exister sans l’idée de départ – d’abord – de Dominique Charron qui a bien saisi vers quoi on désirait s’en aller avec le blogue: des discussions, des réactions à l’actualité, des débats, des partages d’idées, encore et toujours.

charlebois-thumbMême chose pour Mathieu Charlebois qui a su amener son grain de sel (en nous envoyant des blagues douteuses dans nos discussions sur Facebook aussi), mettre joliment en page tout ce dossier et nous donner son avis – toujours éclairé (et teinté d’humour) – sur la chose.

Bref, merci infiniment à ceux deux personnes, des amis avant tout, et des collaborateurs hors pair. On vous invite donc à lire ce dossier, à le partager, mais surtout, oui surtout, à le commenter. On veut vous entendre, on veut vous lire!

Ces textes sont une amorce de réflexion sur la critique culturelle et vos opinions sont importantes dans cet ensemble, car c’est vous qui nous lisez, c’est vous qui déterminez la tangente que prennent les médias par vos choix, par l’information que vous souhaitez y retrouver.

Nous souhaitions avoir aussi le point de vue d’un ou de plusieurs artistes, mais nous sommes demeurés bredouilles. Vous êtes artiste et on parle régulièrement de vous dans des blogues culturels? Vous vivez ça comment par rapport aux critiques dans les journaux et magazines établis? Faites-nous signe!

 

À propos de Myriam Daguzan-Bernier


Myriam est fondatrice et rédactrice en chef de Ma Mère Etait Hipster. Pigiste à temps complet, vous pouvez la lire chez BRBR et chez Châtelaine. Elle est également gestionnaire de communauté pour l'émission LIRE à ICI ARTV et édimestre pour Châtelaine. Dans ses temps libres (ça existe ça?) rien ne la rend plus heureuse que de passer des heures à fouiner sur le web pour dénicher plein de choses: musique, art, projets, bouffe, nouveautés, etc. Bref, vous ne la trouverez jamais loin d'un ordinateur ou de son téléphone un ti-peu intelligent.



%d blogueurs aiment cette page :