Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 31 juil, 2013 dans Musique | commentaires

Album de la semaine: About Farewell – Alela Diane

Alela-Diane-About-Farewell

Après une expérience ratée chez Rough Trade avec les mâles de Wild Divine en 2011, Alela Diane est de retour. Véritablement de retour. Avec sa propre étiquette, Rusted Blue Records, un mari guitariste en moins et un enfant d’informaticien à naître. On ne connait pas les dessous de l’histoire et on ne cherche pas à savoir à qui la faute. On s’en tient au contexte, à ses douleurs, passées et à venir, porteuses de bonheur et de magnificence, après la délivrance, dans un cas comme dans l’autre.

Avant de lancer la vidéo ci-dessous, voici ce qu’il faut savoir pour se mettre le cœur au bon endroit. About Farewell est une demande de rupture concrétisée par une femme forte confrontée à un terrible dilemme : soit j’enregistre et je le quitte, soit je brûle les textes et je lui sers un verre. Heureusement pour tout le monde sauf lui, Alela Diane a pris la plus éclairée et la plus définitive des décisions. Les papiers de divorce et les textes sont signés d’une même plume avisée trempée dans une même encre sombre.

Sur le plan musical, Alela Diane atteint, sur son cinquième album, le juste équilibre. Sa voix résonne parmi les plus belles du folk traditionnel actuel et se compare avantageusement à celles de Joanna Newsom (qui lui a offert son baptême de scène en solo), Vashti Bunyan (qu’elle a accompagné en tournée) et Mariee Sioux (avec qui elle a partagé les planches). Sa guitare en arpège est moins répétitive que sur ses albums précédents, plus ronde, et pour la première fois enregistrée en simultanée (avec la voix) pour une plus grande fragilité. Une délicatesse tout enlacée par des harmonies vocales, des cordes, du piano, de la flûte et des percussions sobres qui fortifient une artiste d’aplomb, quoique momentanément chancelante, comme une épaule réconfortante qui abonde toujours du bon sens. Le résultat est d’une grande finesse.

Au final, About Farewell est l’aboutissement musical d’une personne qui s’écoute et réalise qu’elle ne s’entend plus avec une autre. Si Alela Diane affirme sur la pièce titre que la lumière la plus aveuglante projette la plus grande ombre, l’en voici maintenant, et définitivement, sortie.

À propos de Nicolas Roy


Nicolas écoute d'une oreille distraite pour rendre compte de manière abstraite, ou déploie un radar de pointe pour faire rapport avec sérieux. Peu enclin à juger défavorablement, il s'en tient à suggérer ce qui, selon lui, mérite l'attention de l'auditeur et commande la protection de ses tympans. À l'exception du Deathgrind, il aime de tout pour tous.



%d blogueurs aiment cette page :