Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 19 nov, 2012 dans Arts visuels | commentaires

Expozine 2012 – Église Saint-Dominique

Oui, il y a le Salon du livre, mais il y a aussi l’Expozine. Qu’est-ce que c’est? Une grande foire artisanale qui met en valeur les petites maisons d’édition indépendantes, les créations imprimées et les fanzines. En résumé: un endroit où on est heureux, très heureux. Des petits objets chouettes, des trouvailles, il y en a une pléthore dans ce sous-sol rempli à craquer de stands où des gens sympathiques (ou pas), vous attendent pour vous présenter leurs oeuvres. Mais rempli de gens? Pas tant. Parce qu’au même moment, il y a le Salon du livre. Je me posais d’ailleurs la question en entrant à l’Expozine: est-ce que deux événements axés sur l’imprimé peuvent cohabiter? Est-ce qu’ils se nuisent ou s’aident, en étant la même fin de semaine? La réponse: l’Expozine est malheureusement déserté. Je discutais avec Vincent Giard de La Mauvaise Tête qui me confirmait ce fait. En effet, j’ai remarqué qu’auparavant, le sous-sol de l’église Saint-Dominique était un véritable sauna suffocant où il était difficile d’avancer tellement il y avait de monde. Pas cette fois-ci. Je me disais que les gens étaient peut-être intéressés à faire d’une pierre deux coups: Salon du livre ET Expozine et inversement. Mais il semble que non. Triste, surtout pour l’Expozine qui propose réellement une vitrine sur de jeunes créateurs bourrés de talent. Ceci étant dit, l’Exposine est terminé. Mais rien ne vous empêche de commander toutes ces merveilles directement sur les sites des artistes!

Pour vous donner envie, un petit aperçu de ce que j’y ai déniché:

Les créations d’Emmanuel Laflamme sont franchement géniales. Comme vous le voyez dans le présent exemple, il crée des cartes postales à partir d’oeuvres d’art connues, mais les trafiquent efficacement. Ça fait sourire et c’est très bien fait. J’avoue que j’ai failli flancher pour le cube Kubrick. Déjà avec le nom, vous avez un indice: il s’agit bel et bien d’un cube rubik, avec des images tirées des films… de Kubrick. Jeu de mots, mais aussi réinterprétation d’un objet chouchou des années 80.

***

La maison d’édition Papirmasse propose un projet vraiment chouette: vous payez 5$ par mois (abonnement d’un an) pour recevoir une oeuvre directement dans votre boîte aux lettres. J’ai acheté un exemplaire et, dans ce cas-ci, on y retrouve donc: les oeuvres de deux artistes (photos et poèmes), une carte postale et un autocollant. Sur leur site, on peut retrouver des informations sur les différents numéros qui sont déjà parus.

***

Les éditions Rodrigol – que je ne connaissais pas du tout – me semblent fort intéressantes. J’ai discuté un peu avec un des éditeurs et me suis décidée pour un petit livret de « textes griffés »intitulé « Les chats ». Parfait thème pour une crazy cat lady assumée, je suis bien curieuse de découvrir cette création collective. Le format est tout petit, le papier fort agréable et les textes prometteurs.

***

Ça fait un petit moment déjà que je connais les créations de Karmen Mantha et j’étais littéralement tombée sous le charme de ces fameux t-shirts légèrement irrévérencieux. Le principe est simple: des phrases entendues ici et là dans Hochelaga sont imprimées sur les gilets avec un dessin disons, particulier. Des exemples?

J’aime beaucoup, beaucoup. J’ai failli craquer, mais comme je ne porte pas de t-shirts, j’ai décidé de plutôt prendre ce petit recueil de notes et observations éparses et spontanées. De la banalité avec un humour pince-sans-rire. Dessins et écritures avec ratures. Simple, mais efficace.

***

Ils vous disent quelque chose ces petits bouquins? C’est peut-être que vous avez mis la main dessus dans un Distroboto. En effet, les deux petits livres ont fait partis d’une sélection destinée aux fameuses machines auxquelles on a redonné une deuxième vie et installées dans quelques salles de spectacles et bars à Montréal. Distribuées chez la maison Milles Putois (quel nom charmant!), ces créations font partie d’une collection éclectique et colorée qu’il vaut la peine de zieuter sur leur site web.

Jetez un oeil sur la liste des exposants et faites-vous plaisir. Encouragez en même temps la relève. Si c’est pas beau, tout ça!

***

Myriam Daguzan Bernier

À propos de Myriam Daguzan-Bernier


Myriam est fondatrice et rédactrice en chef de Ma Mère Etait Hipster. Pigiste à temps complet, vous pouvez la lire chez BRBR et chez Châtelaine. Elle est également gestionnaire de communauté pour l'émission LIRE à ICI ARTV et édimestre pour Châtelaine. Dans ses temps libres (ça existe ça?) rien ne la rend plus heureuse que de passer des heures à fouiner sur le web pour dénicher plein de choses: musique, art, projets, bouffe, nouveautés, etc. Bref, vous ne la trouverez jamais loin d'un ordinateur ou de son téléphone un ti-peu intelligent.



%d blogueurs aiment cette page :