Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 16 nov, 2012 dans Cinéma | commentaires

Le nord au coeur – Serge Giguère / RIDM 2012

Un bricoleur d’images face à un bricoleur de mots. Ce contraste a causé quelques craintes au documentariste Serge Giguère alors qu’il travaillait sur Le nord au coeur, portrait du géographe, économiste et linguiste québécois Louis-Edmond Hamelin. Le film était présenté en première mondiale mercredi soir aux RIDM et, si l’Auditorium de la BANQ était comble, on aurait souhaité un public encore plus large pour applaudir Hamelin, défricheur du concept de nordicité et intellectuel québécois majeur, présent à la projection.

Hamelin a marché, pensé, photographié et documenté le Nord. Il a fondé, il y a 51 ans, le Centre d’études nordiques (CEN) de l’Université Laval. On lui doit les mots nordicité, autochtonie, glaciel et glissité, parmi d’autres. Il a pensé les territoires canadien et québécois à contre-courant, rappelant que leurs deux-tiers étaient composés de terres nordiques: “Le Québec, ce n’est pas que la vallée du Saint-Laurent.”, répète-t-il. Il a créé et enseigné des cours fondateurs pour le champ de la géographie nordique. Il est allé à la rencontre des peuples autochtones qui habitent le Nord depuis des millénaires, et il les a reconnus comme tel. L’oeuvre d’Hamelin est impressionnante. Et beaucoup moins connue qu’elle ne devrait l’être.

Serge Giguère est réputé pour son talent de portraitiste. C’est lui qui nous avait offert entre autres l’excellent Le roi du drum, sur le batteur Guy Nadon. Avec Le nord au coeur, il nous présente un Hamelin de 86 ans toujours éveillé et habité par le travail d’une vie de défrichage intellectuel. Giguère a réussi à composer des images porteuses à partir d’un univers pourtant abstrait. Malgré une première partie un peu trop didactique et statique, le film finit par trouver son souffle. Hamelin est attachant, rigoureux, pince-sans-rire et passionné. Les images d’archives sont riches et Giguère n’hésite pas à amplifier les idées d’Hamelin par un jeu sur l’image, sorte d’hommage rendu au géographe chaque fois. L’affection du cinéaste pour son sujet est d’ailleurs indéniable.

Avec le développement du Nord annoncé pour les prochaines années, ce portrait de l’homme qui est allé à la rencontre de la nordicité en tout amour et respect, il y a 50 ans, a de quoi servir d’enseignement. Déjà dans les années 1960, alors que les Québécois étaient emballés face au projet hydroélectrique de Jean Lesage et René Lévesque sur la Côte-Nord, Hamelin lui était choqué: “Aller crier “Maîtres chez nous!” chez les Montagnais, c’est absolument écoeurant!”. De quoi ébranler les conceptions de plusieurs.

Un film qu’on souhaiterait vu et revu à travers le Québec.

Le nord au coeur sera présenté dans le cadre des RIDM le samedi 17 novembre à 15h00, le 30 novembre au cinéma Cartier de Québec et au cinéma Excentris, dès le 7 décembre.

À écouter aussi, cette entrevue avec Louis-Edmond Hamelin aux Années lumières.

***

Dominque Charron

À propos de Dominique Charron


Dominique danse depuis qu'elle est toute petite, tant en ballet classique qu'en danse moderne et contemporaine. Elle a aussi étudié le cinéma et la littérature par le passé. Entre ses cours actuels de science politique et d'anthropologie, elle se fait chroniqueuse Premières Nations à Canal M et alimente le Tumblr d'actualité autochtone Peuples visibles. Elle a aussi collaboré comme recherchiste au magazine radio Dans le champ lexical.



%d blogueurs aiment cette page :