Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 6 sept, 2012 dans Des nouvelles de Poème Sale | commentaires

Impressions à froid — Viens! On thrash ton Sorel — FAST 2012*

***Des nouvelles de Poème Sale est une collaboration entre “ma mère” et le sitePoème Sale qui répertorie, de façon bien intéressante et intelligente, non seulement de la poésie contemporaine, mais aussi des nouvelles culturelles fort pertinentes. Chaque mercredi, l’article “coup de coeur” en provenance de leur site et inversement sur le leur. C’est chouette non? Retrouvez le texte ici…

Poème Sale sur Facebook et Twitter

***

windowslivewriterkickassspeedboatsae09bookart4025thumb1

1.

Passe le pont. Tourne à gauche. Au Loup rouge. Jette un coup d’œil au rétroviseur. Marie-Charlotte porte une boucle dans ses cheveux. C’est beau. Au Loup rouge où l’on retrouve Catherine. Au Loup rouge où s’activent les organisateurs. À l’arrière, Benoit, Alexandre, Sébastien, Pierre et Catherine. Un per diem pour manger. Un coupon pour une bière. Charles et le chemin pour se rendre au Macdonald. Alexandre et ses speedboats. Tous se demandent ce que l’on peut manger avec 25$. Ça fait 3.13$ chacun. Quêter de la pizza à Gabrielle. Couper une pizza moyenne en 8. Couper une pizza moyenne en huit, ça donne 8 morceaux.

2.

Au O’Callaghan’s en face. Benoit, Alexandre, Sébastien, Pierre, Catherine, Marie-Charlotte, Charles et moi. Un black an tan. Alexandre s’interroge sur le nombre de speedboats par habitant à Sorel. Benoit griffonne. Dans quinze minutes, il aura terminé un inspirant dessin de speedboats. Marie-Charlotte et Catherine découpent des coups de poing américains dans du carton coloré. Sébastien fait la critique du recueil « Amour Debout » de Mélanie Bernier. Il n’est pas très inspiré. Dans deux heures, deux badauds passeront le commentaire suivant en le regardant jouer du drum la figure ensanglantée : « Christ, y’en a mangé toute une! ». Pierre parle de Bicolline.

3.

Au café Saint-Thomas, Alex M. Chassé. Au café Saint-Thomas, tous terminent leur pizza. Au café Saint-Thomas, on est bercé par le rythme lent d’une guitare sèche. J’ai le gout d’un café au lait chaud. Tous boivent un café au lait chaud. Dans dix minutes, ils s’en iront tous sauf quelques curieux. L’un d’entre eux, le batteur du groupe Sivell and the bad habits, prisonnier des lieux, compte les secondes qui lui reste avant de reprendre possession de sa batterie. Je récite mon texte et croise son regard. Non, je ne sais pas si ça tache du sang artificiel.

4.

Non, ce n’était pas un show de GG Allin. Non plus les Sex Pistols au Randy’s Rodeo. Et il faut bien vivre pour rencontrer la poésie. Et ceux qui sont restés — Et ceux qui ont vu — ont compris, comme moi, ce que c’est que d’ouvrir ses  « narines aux superbes nausées! ». Tourne à droite. Passe le pont.

Fabrice Masson-Goulet

*Les Productions Arreuh proposent une performance à vive intitulée « Viens! On te trash ton Sorel » avec les poètes Marie-Charlotte Aubin, Catherine Cormier-Larose et Poème sale (composé de Charles Dionne et Fabrice Masson-Goulet) et le groupe trifluvien de garage hardcore punk Fullblood. Ce sera un moment poésie de feu, avec des bagues de tous-les-doigts en papier, genre biker, des bras de tattoos en maquillage et du faux sang, bref, un concept DE LA MORT!

À propos de Myriam Daguzan-Bernier


Myriam est fondatrice et rédactrice en chef de Ma Mère Etait Hipster. Pigiste à temps complet, vous pouvez la lire chez BRBR et chez Châtelaine. Elle est également gestionnaire de communauté pour l'émission LIRE à ICI ARTV et édimestre pour Châtelaine. Dans ses temps libres (ça existe ça?) rien ne la rend plus heureuse que de passer des heures à fouiner sur le web pour dénicher plein de choses: musique, art, projets, bouffe, nouveautés, etc. Bref, vous ne la trouverez jamais loin d'un ordinateur ou de son téléphone un ti-peu intelligent.



%d blogueurs aiment cette page :