Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 8 juil, 2012 dans Théâtre | commentaires

Séquence 8 [Montréal Complètement Cirque – Les 7 doigts de la main]

J’avais très hâte de voir ce spectacle de la tant aimée compagnie Les 7 doigts de la main. J’ai eu un peu peur quand j’ai su que les artistes-athlètes des sept doigts ne se gênent pas pour jouer la comédie. Combien de fois avons-nous entendu parler de comédies musicales où les chansons grandioses côtoient les dialogues maladroits?

Je m’étais inquiétée pour rien.

Les spectateurs entrent dans le demi-cercle de la Tohu, sur scène on peut déjà voir un poteau, des cubes, un bureau, une lampe et une cloche, le tout baigné dans une pénombre rougeâtre. J’ai hâte.

Un jeune homme portant chemise et veston entre en scène, nous souhaite la bienvenue et nous demande d’éteindre nos téléphones, puis son discours change de direction, devient plus lyrique. Il nous dit qu’il nous avait imaginés, mais que nous étions plus flous, que maintenant nous sommes là. Il nous parle de l’importance de nos relations. Changement d’éclairage, musique, le spectacle s’ouvre sur un numéro de danse réunissant tous les artistes de la troupe. Et ils savent danser. De temps à autre, l’un deux est projeté dans les airs sans que le rythme de la chorégraphie ne donne l’impression que les athlètes se préparent à réaliser une figure plus difficile. On sent la chimie entre les participants. Et cette bonne entente perdura tout au long du spectacle, elle contaminera même la foule.

La mise en scène de Séquence 8 est ingénieuse, que ce soit dans la façon d’utiliser les blacks, de faire manipuler un élément d’éclairage par un des acrobates ou de donner la parole à un maître de cérémonie qui interview le jongleur aux boîtes à cigares. Elle réussit aussi à rendre fluides les changements de décor et à ménager des moments de repos pour les athlètes. Ces moments de transition sont souvent pleins d’un humour bon enfant qui fonctionne très bien avec le public.

Pour ce qui est des performances, la troupe des sept doigts est entièrement composée de virtuoses. Soulignons au passage la précision d’exécution d’Alexandra Royer qui virevolte sur la barre russe et au cerceau aérien avec grâce. Un autre des moments d’émotions est le numéro de Maxime Laurin et Ugo Dario à la planche coréenne (sorte de balançoire à bascule sur laquelle ils effectuent des sauts périlleux à couper le souffle). Aussi, le numéro de jonglerie des avec boîtes de cigares est l’une des meilleurs prestations de jongleur que j’ai vues de ma vie. L’intégration des autres acrobates dans le jeu d’Eric Bates rend ce passage d’autant plus dynamique et impressionnant.

Un excellent spectacle!  On me dit que Séquence 8 affiche déjà complet. Ne les manquez pas la prochaine fois.

À noter: ce spectacle n’est pas idéal pour les bambins.



%d blogueurs aiment cette page :