Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 6 sept, 2010 dans Cinéma, Musique | commentaires

>RiP: a remix manifesto [BRETT GAYLOR]

>

Sortie en salle: 2008
Durée: 1 h 24
Girl Talk, Brett Gaylor, Lawrence Lessing
Synopsis: Dans son documentaire RiP: remix manifesto, le réalisateur montréalais Brett Gaylor questionne le rôle du droit d’auteur dans l’ère numérique, en faisant tomber les barrières entre consommateurs et producteurs de culture.
Vous avez sûrement entendu parler de ce documentaire présenté plusieurs fois à Montréal dans le cadre de différents festivals et qui propose un point de vue réellement intéressant et irrévérencieux sur la question de remixage, de créativité et des droits d’utilisation d’œuvres musicales mais aussi cinématographiques.
Plusieurs questions sont soulevées dans ce film: le droit d’auteur a-t-il encore une raison d’être et, si oui, la façon de le protéger est-elle toujours adéquate dans cette ère d’échantillonnages et de récupération? Les grands manitous de l’information et détenteurs de droits sur du matériel à jamais inviolable ou presque, comme Disney, abusent-ils de ceux-ci? 
D’ailleurs, on y apprend que ce fameux Disney possède les droits sur la fameuse chanson « Happy Birthday to you », que l’on a tous entonné un jour ou l’autre, et qu’à chaque apparition de cette pièce dans un film ou une chanson, de l’argent doit leur être versé. Et on se pose la question: la plupart du temps, ces montants demandés ne se rendent pas aux créateurs, donc quel est ce discours de « protection » des artistes qui sonne alors réellement bidon?
Le documentaire prend comme sujet de fond Girl Talk, ce jeune homme ingénieur en biologie de jour, dj et remixeur de nuit, qui fait vibrer les foules du monde entier avec ces remix. Il n’utilise que des échantillonnages de musique déjà connue et les modifient, les transforment pour en faire des pièces qui déménagent. On le suit dans plusieurs de ses prestations, il explique aussi ses méthodes de création et on se pose justement sur cette question de la créativité avec l’aide de plusieurs intervenants (spécialistes en droit d’auteur, avocats, etc.): Girl Talk est-il un créateur ou seulement un copieur? 
On fait aussi une incursion dans l’univers culturel du Brésil où l’on prend aisément de tout ce qui a déjà été fait pour le réutiliser, sans soucis, afin de créer de nouvelles choses tant côté musical que du côté de la danse, par exemple.
Un très intéressant documentaire qui se pose sur des questions extrêmement actuelles (étant donné le nombre de téléchargements illégaux qui pullulent au Canada, un des pays les plus « pirates » de matériel numérique et aussi avec toute l’affaire des droits d’auteurs de Claude Robinson) et qui questionne la création, dans ce sens où l’on en vient inévitablement à « copier » ou du moins reproduire quelque chose qu’une personne à déjà fait avant soi, puisque tout a tellement été exploité. Le renouveau est un défi constant et en faire en « récupérant » est, je le crois fortement, une façon de créer qui est tout à fait de notre temps. 
D’ailleurs, tenir un blogue n’est-il pas une forme de remix? Prendre des données déjà présentes sur Internet, en faire une sélection, prendre ensuite ses propres mots et les coller à l’information offerte, c’est, d’après moi, une façon de récupérer tout en créant du nouveau contenu. Mais qui ne sera pas pareil ailleurs, puisque ça vient tout de même d’une seule personne qui pense d’une certaine façon et le fait d’une manière qui lui est propre. 
En bref, un film à écouter si les questions sur le sujet vous intéresse et aussi parce qu’il est à votre portée, gratuitement, sur cette magnifique base de données qu’est l’ONF. 

Le MySpace de Girl Talk (si vous ne connaissez pas, allez écouter ce talentueux mixeur qui crée de petits bijoux de musique intelligemment tissée).

À propos de Myriam Daguzan-Bernier


Myriam est fondatrice et rédactrice en chef de Ma Mère Etait Hipster. Pigiste à temps complet, vous pouvez la lire chez BRBR et chez Châtelaine. Elle est également gestionnaire de communauté pour l'émission LIRE à ICI ARTV et édimestre pour Châtelaine. Dans ses temps libres (ça existe ça?) rien ne la rend plus heureuse que de passer des heures à fouiner sur le web pour dénicher plein de choses: musique, art, projets, bouffe, nouveautés, etc. Bref, vous ne la trouverez jamais loin d'un ordinateur ou de son téléphone un ti-peu intelligent.



Commentaires

  1. Paule dit :

    >Chouette, oui, il faut répandre ce genre d'idées, nous sommes plutôt rares au Canada à le faire (mais tout de même un bon petit groupe!)Il est pas mal ce manifesto..C'était dans le cadre de la biennale de Montréal (sur l'art libre : chouette!)…Je suis assez pro remix culture comme tu as dû le remarquer et comme en témoigne la Licence Creative Commons sur mon blog!!! Je me suis faite laver le cerveau dans des séminaires de "remix culture" aux États-Unis haha ;) La création a-t-elle déjà été autre chose que du remix? Voilà la question…et : Non, il n'en a jamais été autrement, voilà la réponse de Lessig dans ses écrits!!!

  2. >Je me suis dit que tu avais bien du le voir ce film ;) Et en effet, la culture n'est qu'une question de remix. Tout le long de ce film je pensais tout simplement à la tradition orale et au fait qu'on ne reprenait que ce que les anciens nous offraient et on le reproduisait, de génération en génération. Point à la ligne.

%d blogueurs aiment cette page :