Menu de pages
TwitterRssFacebook
Menu de catégories

Publié par le 21 fév, 2010 dans Arts visuels | commentaires

>Art Conceptuel & International Situationnisme [SOPHIE CALLE]

>

Étant dans la réalisation d’une présentation sur Sophie Calle pour l’université, j’ai eu à me replonger dans l’univers de cette artiste hors du commun. Après plus de 30 ans de réalisations artistiques, elle continue encore à créer de merveilleux projets et de superbes livres pour les accompagner. Peut-être inutile de vous la présenter puisqu’elle est déjà tellement connue, mais si jamais vous ne la connaissez pas, un aperçu de son parcours avec ses œuvres les plus marquantes:
À cheval entre l’art conceptuel et le courant International Situationniste (pour faire rapide et tracer à larges traits: abolir les distances entre l’art et la vie, abolir l’art contemplatif donc participer activement à la création, l’épanouissement de l’individu, bref un courant ultra-gauchiste dans lequel est née la notion de « société du spectacle ».) Sophie Calle propose des actions artistiques tirées de sa propre vie et joue entre les divisions suivantes: réalité / fiction, public / privé. Sa démarche se rapproche souvent de l’enquêteur, du détective. Elle offre aussi, en quelque sorte, de petites études sociologiques. Elle ne possède pas de formation en art, seulement des notions en photographie qu’elle apprendra d’un ami lors d’un voyage. Sa première réalisation n’est donc pas artistique en soi, mais le deviendra ensuite par son parcours. 

1978-1979: Elle revient de 7 ans de voyage et n’a plus d’ami(e)s, de réseau social. Pour se désennuyer, elle se met à suivre des inconnus sur la rue, prendre des notes sur eux et les photographie. Elle remplira plusieurs petits carnets avec les informations retenues: cette façon de faire deviendra un peu sa « marque de commerce » puisqu’elle publiera un livre avec chacun de ses projets. Elle nommera ce projet Filatures parisiennes.

1979: Sa découverte comme artiste se fera par le biais d’un critique d’art qui l’invitera à la Biennale des Jeunes de Paris après avoir pris connaissance de son projet Les Dormeurs. Inspirée par le commentaire d’une de ses amies sur « la chaleur des draps du lit », Calle décide de faire de son lit une réelle usine, où les gens se relèguent les uns après les autres. Les invités sont des inconnus et elle leur sert le déjeuner, change les draps, prends des notes pendant leur sommeil et les photographient. 

1980: Elle rencontre un homme sur la rue et le soir même, il lui est présenté dans un souper. Alors qu’il discute avec elle, il lui parle d’un voyage imminent qu’il doit faire à Venise. Le hasard étant trop fort, elle décide de l’y suivre à son insu et ainsi réaliser le projet Suite Vénitienne.
1980: La même année, Calle angoisse à l’idée qu’on oublie son anniversaire. Elle initiera donc le rituel suivant: inviter le même nombre de convives que son âge et ce, chaque année. De plus, elle conservera dans des vitrines les cadeaux offerts et les exposera ensuite. Le rituel d’anniversaire prendra fin à ses 40 ans. 

1981: Calle fait des pieds et des mains pour obtenir un contrat de femme de chambre dans un hôtel de Venise. Elle s’y fera engager pour faire le ménage, ce qui servira de couverture pour sa réelle volonté: fouiller, noter et photographier dans les effets personnels des inconnus qui occupent la chambre. Le projet L’Hôtel durera 3 semaines.
1981: Elle demande à sa mère d’engager un détective qui la suivra, décrira en détail et photographiera ses déplacements. Ce que le détective ne sait pas, c’est qu’il est lui-même filé par Calle. Elle fera, à son tour, un rapport des déplacements de l’homme, provoquant ainsi une double Filature.

1983: Sophie Calle trouve un carnet par terre. En y fouinant, elle découvre que celui-ci appartient à un homme. Elle retourne ce dernier au propriétaire mais photocopie avant son contenu. Elle débutera une recherche exhaustive sur cet inconnu en appelant tous les contacts trouvés dans Le carnet d’adresses et en leur demandant de lui détailler qui est cet homme. Elle publiera un feuilleton avec ses découvertes dans le journal français Libération.
1986: Calle décide de demander à des aveugles de naissance, quelle est l’image qui représente la beauté pour eux. Les Aveugles sera une superbe série avec photographies, portraits et textes.
1997: Paul Auster a écrit le roman « Léviathan » dans lequel il s’est inspiré librement de Sophie Calle pour créer son personnage de Maria, une artiste multidisciplinaire colorée. Calle se prendra au jeu et décidera de réaliser « en vrai » les mêmes actions que le personnage. Par exemple: Le régime chromatique. Pendant une semaine, Sophie Calle s’est imposée un régime chromatique, c’est-à-dire un repas complet d’une seule couleur.

2002: Lors de la Nuit Blanche à Paris, Sophie Calle s’est organisé une Chambre avec Vue tout en haut de la tour Eiffel. Dans un grand lit, elle invitait les gens, à tour de rôle, à la tenir éveillée en lui racontant une histoire.
2007: Sophie Calle reçoit un mail de rupture sur son cellulaire qui se termine par les mots: Prenez soin de vous. Désemparée, elle décide de prendre la phrase au pied de la lettre et demande à 107 femmes de répondre au courriel à sa place, donnant ainsi une grande installation avec textes, photographies et vidéos qui fût présentée au pavillon français à la Biennale de Venise de la même année.
2007: La mère de Calle est mourante. L’artiste est effrayée de rater les derniers instants de celle-ci et décide de la filmer 24 heures sur 24 pour s’assurer de ne pas manquer le moment. Pas pu saisir la mort est un vidéo qui a aussi été présenté lors de la Biennale de Venise.
Artiste extraordinaire, unique en son genre, elle a amené un travail artistique original et extrêmement près des gens. Plusieurs artistes ont été influencés par cette approche intrigante et très frondeuse.

À propos de Myriam Daguzan-Bernier


Myriam est fondatrice et rédactrice en chef de Ma Mère Etait Hipster. Pigiste à temps complet, vous pouvez la lire chez BRBR et chez Châtelaine. Elle est également gestionnaire de communauté pour l'émission LIRE à ICI ARTV et édimestre pour Châtelaine. Dans ses temps libres (ça existe ça?) rien ne la rend plus heureuse que de passer des heures à fouiner sur le web pour dénicher plein de choses: musique, art, projets, bouffe, nouveautés, etc. Bref, vous ne la trouverez jamais loin d'un ordinateur ou de son téléphone un ti-peu intelligent.



Commentaires

  1. >Et bien, j'aime de plus en plus fureter sur ce site!Je ne connaissais pas du tout Sophie Calle avant tout à l'heure. Je suis allée explorer un peu le lien ajouté au bas de ce billet, et je suis maintenant fascinée par la façon de travailler de cette artiste. Voilà quelqu'un qui ne garde rien "en dedans"!

  2. TICKLEBEAR dit :

    >vous me faites faire une belle decouverte aujourd'hui. c'est lucrecia qui me dit de venir, pour une toute autre artiste mais c'est calle qui m'interesse. je rechercherai plus a fond sur cette artiste.merci.je me sens tellement deconnecte par bout, me contentant de mon petit univers bien a moi. il est pourtant toujours interessant de regarder chez les autres, ne serait-ce qu'un peu…:)~HUGZ

  3. >@ lucrecia bloggia et ticklebear: contente de vous avoir fait découvrir une artiste que je trouve absolument fascinante! son travail est très sensible et près des gens, je crois que c'est une des artistes importantes qui démystifie l'art contemporain et le rend accessible, à mon grand bonheur

  4. TICKLEBEAR dit :

    >disons que c'est quelque chose de plus accessible que certains autres artistes "contemporains". il y en a ou je demande s'ils sont en train de rire de nous, ou si ca devrait etre de nous qui devraient rire d'eux, tellement leur demarche est hermetique, ou (bon, j'ai pas le mot juste en francais…) "pointless".demande a lucrecia, elle va te traduire ca. la, ca me revient pas.sans point, sans but, futile (?!?)…ca m'arrive, des blancs de memoire…:D~en tout cas, de l'art comme ca, j'en prendrais a tous les jours. quoique je serais curieux d'etre le psychanalyste de madame calle…juste pour sonder cet esprit.:D~HUGZ

  5. >c'est très drôle que tu parles de psychanalyser sophie calle parce qu'elle s'est justement prise au jeu: un ami artiste lui a demandé de répondre à un questionnaire établi par un psychanalyste qui l'a ensuite interprété selon les réponses données!

  6. TICKLEBEAR dit :

    >et bien dis donc!!!j'ai peut-etre manquer ma vocation?:D~(off to bed!! il est passe minuit ici)HUGZ

%d blogueurs aiment cette page :